Envoyez-nous un courriel

3 + 5 = ?

L’ensemble revendicatif de notre ordre spirituel

L’humain a été conçu à l’image de l’Un (Genèse 1 :27). Et, tout comme lui, il nous revient de « gouverner » en toute équanimité cet incommensurable ensemble qu’il nous a légué, afin que ce dit ensemble puisse évoluer selon l’ordre cosmique universel (Isaïe 11 :7).

Et pour ce faire, tel qu’ordonné par l’Éternel (Genèse 1 :29), l’humain doit se satisfaire que de végétal afin de satisfaire tous ses besoins.

Nous croyons que les animaux sont nos égaux et qu’il nous est défendu de les exploiter, de les maltraiter ou de les tuer. En fait, notre rôle est plutôt de les protéger comme nous devons protéger le caractère sacré de la vie.

Selon ces considérations religieuses qui sont partagées par tous les membres de notre organisation spirituelle, nous demandons aux autorités concernées de respecter ces croyances dûment reconnues par les différentes chartes des droits de l’homme y compris celle émise par l’ONU.

Pour ces raisons, nous exigeons que nos enfants puissent recevoir une éducation végane afin qu’ils puissent être informés de tous ses bienfaits tant pour la santé des humains que pour l’écologie de la planète.

Il en va de même pour le développement de la conscience spirituelle de chacun quant à la juste considération de l’autre et du respect qu’il mérite.

Accessoirement, nous réclamons des menus végans portant la mention « sans cruauté » disponibles dans toutes les institutions scolaires. Et ce, afin que tous puissent avoir la possibilité de s’alimenter conséquemment à ces croyances.

Qu’il soit considéré selon la loi le fait que de tuer volontairement un animal puisse être jugé pareillement comme un assassinat méritant le statut d’homicide de premier degré.

Qu’il soit défendu de faire souffrir tout animal, quel qu’il soit. Que toute maltraitance envers les animaux doit être punissable par la loi. Pareillement à l’humain, l’animal doit être respecté comme tel.

Que nous puissions faire connaitre notre droit de s’opposer tant à la chasse que la pêche sportive et de loisir. Encore plus lorsque celles-ci relèvent de l’industrie qui n’a que pour conséquence un déséquilibre écologique global.

Que par nos convictions religieuses, tout comme n’importe quelle autre religion, nous puissions former le premier lobby pour le respect de la vie.

Celui-ci aura comme principale fonction de défendre le caractère on ne peut plus sacré de la vie afin que nous puissions rétablir l’équilibre écologique tel qu’il a été conçu à l’origine.

C’est à nous humains que revient cette tâche absolue que de faire respecter cette volonté d’être. Acceptons donc cette mission qui nous a été naturellement dévolue avec zèle et empressement.

C’est donc un appel à un ralliement massif de tous ceux et celles qui veulent évoluer sur la voie du véganisme, accompli ou non, afin de permettre à la vie de reprendre ses lettres de noblesse et d’occuper enfin la première place sur le podium des priorités humaines.